Artwork for podcast ZeBoîte
Les opportunités de carrière chez Areas France
Episode 924th June 2024 • ZeBoîte • Jobradio
00:00:00 00:24:31

Shownotes

Dans ce nouvel épisode de ZeBoite, le podcast des entreprises qui recrutent, Jean Baptiste Vennin reçoit Henry Mottet, Directeur des Ressources Humaines d'AREAS France.

AREAS France est un acteur majeur dans les secteurs de la restauration et de la distribution dans des lieux à fort trafic tels que les aéroports, les gares, les aires d'autoroute et les parcs de loisirs. Présent dans 6 pays, AREAS réalise un chiffre d'affaires international de plus de 2 milliards d'euros.

Le modèle économique d'AREAS repose sur la restauration concédée, avec des concepts adaptés aux clients et aux sites. L'entreprise gère des volumes importants de clients avec des variations saisonnières, nécessitant une grande agilité opérationnelle.

Pour attirer et fidéliser ses 6 000 collaborateurs en France, AREAS a mis en place un plan stratégique "Vision 2026" axé sur 4 piliers : l'amélioration des conditions de travail, la mise en place de parcours d'intégration et de formation, la transformation de la culture managériale et une politique RSE ambitieuse.

Pour en savoir + sur le recrutement d'Areas France

Tous les épisodes de ZeBoite

Transcripts

**voix off**:

Récrutement, onboarding, formation, évolution professionnelle, qualité de vie au travail, politique RSE. Job Radio présente The Boîte, le podcast des entreprises qui recrutent. Jean-Baptiste Vénin.

**JB**:

sites, plus de:

**Henry Mottet**:

AREAS, c'est un opérateur qui, comme vous l'avez indiqué, opère sur 4 marchés. Les aéroports, les gares, les aires d'autoroutes et on a une activité de loisirs. Notre client, c'est Center Park. Sur ces 4 marchés, on va dire une activité à restauration concédée. Alors, on pourra expliquer ce que c'est la restauration concédée un peu plus tard. Et aussi une activité distributeur, c'est-à-dire qu'on a aussi des points de vente. On fait de la distribution spécialisée. Je pense à des marques comme Franprix, par exemple. Et puis, on a une autre particularité, c'est qu'on distribue du carburant. Donc, on opère aussi sur les stations de service, ça, c'est sur le marché autoroute et on distribue du carburant. Donc, ça, c'est des choses que les gens savent moins. Mais oui, il y a une variété de métiers, une variété d'activités qui caractérisent AREAS. Et c'est une entreprise qui est assez unique, d'une certaine façon.

**JB**:

Quand vous parlez de restauration concédée, alors justement, est-ce qu'on peut avoir une explication de quoi il s'agit ?

**Henry Mottet**:

Pour faire très court, une concession, c'est... Entre guillemets, la propriété d'un tiers. Quelqu'un qui va rechercher des opérateurs pour une activité donnée et leur demander, par le biais d'un appel d'offres, de proposer des services à des conditions, on va dire, pour les clients, avec des caractéristiques pour les clients, caractéristiques d'offres, à un coût défini. Donc, ça se monnaie, la possibilité d'aller opérer chez les autres. Vous arrivez avec votre réponse à l'appel d'offres. Cette réponse, c'est une série de concepts. Ça permet de satisfaire au mieux les clients de la zone de Chalandise. Et on a défini des conditions économiques. Ça, c'est une partie, un premier versant. Mais l'autre versant, c'est que cette offre, ces propositions de concepts, pour partie, nous les avons, nous, avec des concepts en propre. Mais dans d'autres cas, il va falloir faire appel à d'autres marques, des marques bien connues. Puisqu'on, par exemple, on vous demande de venir avec une marque de burgers de calibre international. Et c'est ce qui fait que, donc, ces appels d'offres, en général, toujours spécifiques, il y a quand même des grandes constances et font que, encore une fois, avec cette capacité à répondre aux caractéristiques de l'appel d'offres et avec un modèle économique sous-jacent et qui est, je dirais, compatible avec les enjeux des deux parties, on arrive à faire affaire.

**JB**:

Donc, on vous retrouve, si j'ai bien compris, dans tous les lieux de flux un peu stratégiques, finalement.

**Henry Mottet**:

Oui, et c'est aussi une autre caractéristique de notre activité. C'est que nous sommes capables de gérer des flux extrêmement forts. Et avec, donc, une intensité très variable selon l'année. Vous imaginez des stations d'autoroutes, des week-ends de chassés-croisés pendant l'été. Je pense que tout le monde en a fait l'expérience. On se rend compte que ce n'est pas simple de pouvoir servir à de bonnes conditions les clients et de pouvoir les accueillir et de les satisfaire. Donc, nous savons faire cela. Nous savons gérer, donc, des volumes, encore une fois, importants et surtout avec une très forte variation dans l'année. En général, à commerce, on essaie veille que veille de garder quand même une certaine constance dans le volume d'activité. Nous, on sait gérer les creux et les bosses de manière très professionnelle.

**JB**:

Henri, en parlant de cet épisode, je me suis rendu sur le site vitrine d'AREAS. Et on y voit qu'AREAS crée des espaces sur mesure qui réinventent l'expérience des consommateurs dans des lieux de voyage et de loisirs. Est-ce qu'on peut donner comme ça quelques exemples ? Alors, je sais que c'est de l'audio, ce n'est pas simple. Il n'y a pas l'image qui va avec. Mais expliquez en gros à quoi ça ressemble, justement, un lieu qui permette de réinventer l'expérience consommateur.

**Henry Mottet**:

Alors, pour rester, je dirais, simple et permettre à tout le monde de se représenter cela, on va partir des caractéristiques de notre activité. Il faut être rapide, permettre quand même à des clients de consommer dans un lieu qui est agréable. On doit tenir compte de ces enjeux de rapidité. Encore une fois, vous prenez un avion, il y a un horaire. Vous prenez un train, il y a un horaire. Vous êtes sur l'autoroute, votre pause, elle est, entre guillemets, définie, timée. Donc, comment on est capable de proposer un service de qualité, efficace, avec des produits de qualité, avec toute une série de normes qui sont aussi imposées par nos concédants et aussi nos franchiseurs. Et puis, de créer quand même des espaces qui soient assez peu paradoxales,

**JB**:

qui permettent justement de reposer tout le monde. De prendre le temps dans le peu de temps.

**Henry Mottet**:

De prendre le temps dans le peu de temps, voilà. On ne peut pas assumer les choses ainsi. Et donc, là où on peut accélérer, on accélère. Exemple, l'installation de bornes. Quand le client peut commander avec des bornes, on gagne un temps qui lui permet donc du coup de prendre du temps dont on allait consommer. Donc, les espaces sont aussi accueillants. Et on a voulu les rendre les plus agréables possibles, encore une fois, dans des espaces temps qui sont quand même assez concentrés. Et puis, ce sont des moments particuliers. Je dirais, le voyage, par définition, c'est pas un moment de... de détente. Or, nous, ce qu'on essaie de faire, c'est de créer le moment de la détente dans un processus, prendre son avion, monter dans... prendre son train, qui n'est pas toujours, je dirais...

**JB**:

Une partie de plaisir. Voilà. Alors, on a parlé de la France, évidemment. Vous êtes aussi le leader international du food and beverage en zone d'hyperflux. Est-ce qu'on peut là aussi, rapidement, très rapidement, simplement, avoir quelques chiffres concrets à l'international ?

**Henry Mottet**:

Quelques chiffres concrets. Nous dépassons les 2 milliards d'euros de chiffre d'assetage. Qu'est-ce qu'on peut faire ? Nous sommes présents sur 6 marchés. Alors, les caractéristiques de notre activité sur ces 6 marchés, elles sont variables, mais on va retrouver une constante. Les aéroports, les gares, les autoroutes, les parcs de loisirs. C'est fondamentalement le mix qui va changer selon les marchés. Les marchés, quels sont-ils ? Espagne, France, Amérique du Nord, États-Unis, l'Atam, c'est l'Amérique latine, l'Italie et l'Allemagne. Je pense que j'ai fait le tour. Et à partir de là, ce que je viens de présenter pour la France, c'est parfaitement... Dupliquable et transposable aux autres marchés. Ça marche.

**JB**:

un plan stratégique Vision:

**Henry Mottet**:

Le plan stratégique Vision:

**JB**:

Ça, c'est le programme manager leader, c'est ça ?

**Henry Mottet**:

Programme manager leader avec l'école de management de Lyon, je crois la quatrième école de management de France.

**JB**:

e du plan stratégique Vision:

**Henry Mottet**:

Pour faire court, trois grandes familles. Les métiers, on va dire, de production et de service, employés polyvalents de restauration, promis, cuisine, services en salle. Donc, ces métiers-là sont, de loin, les plus gros volumes sur lesquels nous nous mobilisons et nous proposons des postes d'encadrement, gérer nos points de vente à différents niveaux. C'est d'abord gérer un service, c'est ensuite contribuer à la gestion d'un site et puis c'est soi-même gérer le site. Et être géré le site, ça veut dire être directeur de site. Et je fais écho au parcours de progression carrière que j'évoquais tout à l'heure. On appelle ça les parcours booster. Chaque niveau hiérarchique que je viens de décrire a son parcours booster en termes de progression.

**JB**:

D'accord. Qu'est-ce que tu cherchais, notamment en termes de soft skills ?

**Henry Mottet**:

J'ai envie de dire, tu as envie, une orientation vers les autres, l'envie de travailler avec une équipe sympa et mobilisée. Pour tout ce qui relève de la technique, nous savons faire et on va l'apprendre. On va te l'apprendre. C'est plus du savoir-être et une envie que nous recrutons plutôt qu'un savoir-faire technique métier établi.

**JB**:

Puisque vous proposez un parcours de formation derrière. Comment se déroule la période d'onboarding ? Est-ce qu'on sait que c'est une période vraiment importante, une période qu'il ne faut pas rater ?

**Henry Mottet**:

Alors, vous avez les étapes classiques. Je dirais qu'il y a un souci qui est apporté très clairement à une intégration soignée. Le propre des parcours talons que j'ai décrit tout à l'heure avec ce bénéfice et en tout cas sa possibilité de proposer un parcours talons à différentes typologies de candidats qui sont aux côtés, est basé sur l'accompagnement d'un tuteur, de quelqu'un qui va être avec vous pour vous faire vous apprendre, faire progresser. Vous soutenir et vous accompagner. Donc, on est dans un métier d'homme et de femme, encore une fois. Et une des clés pour que ça fonctionne bien au-delà des politiques, c'est encore une fois cette proximité managériale, proximité dans l'accompagnement, proximité dans l'intégration et la formation. La clé de voûte, elle est là. Si nous savons, et on n'y arrive pas toujours, mais si nous savons dégager ce temps, cette attention pour intégrer, former et faire grandir un collaborateur, c'est un coût gagnant à chaque fois. On utilise toute une série d'outils pédagogiques qui vont du e-learning. Ce qu'on appelle la FES, c'est la formation en situation de travail. C'est là où le tuteur a un rôle important, avec aussi la possibilité de transmettre théoriquement un certain nombre de connaissances, de vérifier que ces connaissances sont acquises. Et rappelons-nous que dans beaucoup de cas, ça débouche sur un titre certifiant. On appelle ça un CQP, certificat de qualification professionnelle. Donc, on reconnaît, je dirais, le développement du collaborateur dans ce parcours d'intégration et de formation.

**JB**:

Henri, histoire de mieux se projeter, est-ce qu'on peut donner des exemples comme ça de belles évolutions de carrière pour vraiment montrer les perspectives qui s'offrent aux collaborateurs qui rentrent chez vous ?

**Henry Mottet**:

Oui, je vous contenterai de vous dire que les deux tiers de nos directeurs de site sont issus de la promotion interne.

**JB**:

Les deux tiers. C'est conséquent.

**Henry Mottet**:

Et plus je descends dans les niveaux d'encadrement intermédiaire, plus le pourcentage augmente. J'ai envie de vous dire que le premier niveau de responsabilité managériale chez nous, c'est employeur responsable. C'est quasiment... Allez, je ne me trompe pas beaucoup si je vous dis que c'est aux alentours de 95 %.

**JB**:

À quoi ça ressemble, la qualité de vie au travail ?

**Henry Mottet**:

s les standards sociétaux de:

**JB**:

Mais ça n'empêche pas de passer quand même des bonnes journées sur le lieu de travail.

**Henry Mottet**:

Alors non. Et je le répète, l'importance du management est centrale. C'est une histoire de vie.

**JB**:

Clairement, clairement.

**Henry Mottet**:

Et c'est ce qui fait qu'à un moment donné, ce métier est, pour le coup, moi-même, je suis ici la promotion d'ailleurs, au passage, mais voilà, ce sont de belles tranches de vie et de belles expériences humaines, en fait. Et cette intensité, d'une certaine façon, elle est révélatrice, je dirais, de ce qu'est la réalité de la vie humaine, en fait.

**JB**:

Oui, complètement. Et au niveau sociétal et environnemental, quels sont finalement les engagements aussi d'AREAS en la matière ?

**Henry Mottet**:

Ils sont forts. On va dire que les deux grands piliers, c'est un axe développement du Rhin, on va dire préservation de l'environnement d'un côté, et puis cet axe aussi plus sociétal au sens de l'intégration de personnes qui sont pas toujours, je dirais, les élus sur le plan académique, sur le plan de l'intégration au marché du travail, pour le coup. Donc, on a aussi ce rôle d'intégration sociale. On possède l'école de la deuxième chance. Nous avons plus de 40 nationalités chez AREAS. Donc, c'est aussi un défi de manager. C'est de ce point de vue là, y compris linguistique. Dans certains cas, on en est à alphabétiser aussi les personnes. Donc, nous avons ce rôle social et ce rôle sociétal. D'une certaine façon, il est consubstantiel à ce que nous sommes. Notre ADN, c'est ça. Vous me posez la question tout à l'heure des soft skills, je reviens. Tu as envie, c'est sympa, il y a une belle énergie, une motivation, une orientation vers les autres. Viens, on t'intègre, on te forme. D'où qu'ils viennent, les 40 nationalités. Sur le sujet diversité, encore une fois, c'est quelque chose d'assez naturel chez nous. Nous avons ça. Alors, donc, pas difficile de pouvoir en faire un pilier d'une politique à AREAS. L'intégration, c'est aussi la promotion. Je parlais des parcours booster tout à l'heure. Donc, les deux tiers des collaborateurs qui nous ont rejoint, c'est la promotion interne. Là encore, en termes de promotion sociale, nous avons de belles cartes à jouer.

**JB**:

Si on parle, pour terminer, des valeurs d'AREAS France aujourd'hui, est-ce que vous avez des valeurs clairement affichées, des mots comme ça qui ressortent et qui traduisent véritablement les valeurs d'AREAS ?

**Henry Mottet**:

Pour vous répondre, je dirais plutôt ce que nous faisons, en fait, nous sommes. Qu'est-ce qui nous caractérise au quotidien ? Je lui aurais dit proximité, cette capacité d'être à l'écoute. Donc, il y a s'intéresser aux gens, une orientation client qui est aussi forte qu'une consultance, c'est encore un métier. C'est-à-dire ce client, une capacité à innover. Rappelons-nous, c'est un métier sous contrainte, des concédants, des franchiseurs, des attentes des clients qui changent en permanence, des évolutions sociétales aussi auxquelles nous sommes confrontés. Donc, l'innovation est quelque chose d'extrêmement important. Je dirais que ça, c'est déjà pas mal quand même pour fonder et caractériser une entreprise.

**JB**:

Henri Mottet, comment se déroule le process de recrutement ? On va faire un tour sur le site internet. On retrouve les différentes offres. Ensuite, on postule. Comment ça fonctionne ?

**Henry Mottet**:

Alors, on peut, bien sûr, mais en général, nous sommes plutôt demandeurs. Donc, nous avons des taux offensifs. On publie beaucoup d'offres. Donc, on a cette volonté de capter un volume de candidats qui est extrêmement important. La petite particularité, c'est que nous avons aussi transformé ce processus de recrutement avec un peu d'intelligence artificielle. On va en reparler, j'imagine. À partir du moment où un candidat répond à notre offre, donc le système, cette intelligence artificielle, c'est un assistant conversationnel, va lui poser toute une série de questions qui appellent un certain nombre de réponses et qui permettent à un moment donné de qualifier cette candidature. Et on est donc sorti du système classique, une offre, un CV, j'ouvre un CV et je trie. Donc, le système d'une certaine façon et les algorithmes sont construits de telle façon à ce qu'on soit en maille entre guillemets relativement large, de telle façon à ce qu'on soit plutôt focalisé sur les soft skills, les envies, etc. Donc, c'est une façon aussi de s'adapter à ce qu'est ce marché du travail. Donc, aujourd'hui, un CV, c'est fondamentalement une ligne qu'on met dans l'eau. L'approche que nous avons, elle est plus large, c'est à dire je tends un filet, je ramène le plus possible de candidatures. Et ensuite, le système, avec le candidat, bien sûr, interagit de telle façon à arriver à se dire nous avons quelque chose à nous dire ensemble, voyons-nous. Juste pour vous donner quelques idées, quelques ordres d'idées en termes de volume. Habituellement, c'est de l'ordre de 30 000 CV que nous recevions chaque année. Là, on en est en projection annuelle à 120 000. On a aussi fait évoluer l'approche, le recrutement sans CV. J'en parlais, le recrutement sur mobile, via mobile. La candidature sur deux est faite via un mobile. Donc, nous n'avions pas de solution qui nous permettait avant d'exploiter ce gisement. Donc, là encore, nous avons trouvé un partenaire qui nous permettait de faire différemment et au somme tout de mettre non seulement au standard des outils actuels, mais je pense de faire un peu mieux.

**JB**:

Et l'expérience candidat, là, pour le coup, elle est bonne aussi. C'est à dire qu'il postule et on lui répond assez vite.

**Henry Mottet**:

Oui, ça va beaucoup plus vite. Le système, 100 % des situations, le système vous répond. Vous interagissez avec un système qui va vous dire oui, peut être ou non. On revient nous voir. Je pense que pour l'expérience et pour le respect du candidat, on a fait aussi un bond important.

**JB**:

Les postes sont à pourvoir partout en France ?

**Henry Mottet**:

Partout en France, sur les quatre marchés, en province, dans les grandes villes, sur des concepts de restauration rapide, dans les stations de service. Encore une fois, il y a une variété de métiers, une variété d'expériences que nous pouvons proposer qui est unique.

**JB**:

Henri Mottet, un grand merci d'avoir gentiment répondu à mes questions. Je rappelle que vous êtes le directeur des Ressources humaines d'AREAS France. AREAS France qui continue donc de recruter. N'hésitez pas à postuler. Merci de votre fidélité. C'était The Boîte, le podcast des entreprises qui recrutent. A très vite sur Jobradio.

**voix off**:

Le podcast des entreprises qui recrutent sur Jobradio.fr.

Links

Chapters

Video

More from YouTube