Artwork for podcast Product Squad
#33 Créer la singularité de son produit - Amandine Durr - Back Market
1st June 2022 • Product Squad • Axel Sooriah
00:00:00 00:43:58

Share Episode

Transcripts

Speaker:

Tu browse, t'es sur un site, ça va vite.

Speaker:

OK, tu as ton parcours.

Speaker:

Il n'y a pas de frictions, c'est bien.

Speaker:

Mais n'empêche, tu vas quand même zapper et tu vas passer à autre chose.

Speaker:

Qu'est ce qui te reste en mémoire du produit sur lequel tu étais ?

Speaker:

Qu'est ce qui a créé une émotion ?

Speaker:

Qu'est ce qui fait tout dire ?

Speaker:

Ah bah ouais, ça a été quand même pas mal.

Speaker:

Je vais y retourner.

Speaker:

Et en fait, ce qui crée cette émotion pour

Speaker:

moi, c'est justement de réussir à trouver une singularité que tu as communiquée

Speaker:

pendant les quelques secondes ou tu a eu l'attention de ton utilisateur.

Speaker:

Et je pense que c'est vraiment essentiel parce que justement, c'est ça qui fait que

Speaker:

tu vas revenir et que tu vas forcément poursuivre l'aventure avec le produit.

Speaker:

On a mis en place un discovery playbook avec des étapes très claires.

Speaker:

Il y en a trois. En particulier, une étape qui est d'écrire le problème

Speaker:

utilisateur que l'on veut régler avec l'écriture, qu'on s'apprête à développer

Speaker:

ou la distribuer, qu'on s'apprête à attaquer.

Speaker:

Et on demande en particulier que ce

Speaker:

problème utilisateur, il est un twist BackMarket.

Speaker:

Donc on force la personne qui est vraiment

Speaker:

dans cet exercice à prendre en compte la singularité de BackMarket à ce moment là.

Speaker:

Et nous à tous.

Speaker:

Et bienvenue sur le podcast et la communauté des product manager.

Speaker:

Je suis Axel Sooriah et ensemble nous

Speaker:

découvrons une semaine sur deux avec mes invités l'univers produit.

Speaker:

On découvre à travers leurs parcours et

Speaker:

témoignages les clés pour mieux comprendre le métier de PM.

Speaker:

Ce qui fait est la réussite d'un produit.

Speaker:

Aujourd'hui, j'accueille Amandine Durr, CPO chez BackMarket.

Speaker:

Amandine Tout d'abord, merci de prendre le temps de nous partager ton parcours et ton

Speaker:

expérience sur Product Squad, comment ça va ?

Speaker:

Ecoute, ça va très bien.

Speaker:

Merci beaucoup de me recevoir aujourd'hui.

Speaker:

Tout va bien, mais j'ai quand même

Speaker:

une petite tristesse et préoccupation de ce qui se passe en Europe en ce moment.

Speaker:

Oui, c'est clair. C'est vrai que ça occupe mes pensées.

Speaker:

Moi, je me suis réveillée il y a pas très

Speaker:

longtemps en me disant que tout ce que je faisais, c'était presque futile.

Speaker:

En fait, je passais un peu ce genre de réflexion.

Speaker:

En fait, je me dis que une partie de moi me dit que c'est plus important de

Speaker:

"move forward" que d'essayer de comprendre comment tu te sors de cette situation.

Speaker:

Merci de prendre le temps

Speaker:

dans ton "busy schedule" pour nous parler un peu de ton aventure

Speaker:

personnelle et professionnelle, et puis de ton aventure chez BackMarket.

Speaker:

Avec plaisir.

Speaker:

Avant de rentrer un petit peu dans le vif du sujet.

Speaker:

On va dire. Est ce que tu me parles un peu de toi ?

Speaker:

Tu es originaire d'ou ?

Speaker:

Quelles sont tes passions ?

Speaker:

J'ai grandi en région parisienne, à côté de Versailles.

Speaker:

Une enfance à l'enfance somme toute très classique, très simple, très facile.

Speaker:

Pas grand chose à noter,

Speaker:

mais une famille méditerranéenne, beaucoup de toutes les îles de la Méditerranée.

Speaker:

On venait de Corse, de Sicile, de Sardaigne.

Speaker:

Et puis deux parents Pieds-Noirs, ce qui

Speaker:

fait quand même une ambiance, chez moi, assez explosive.

Speaker:

J'ai deux grandes sœurs avec qui on parle

Speaker:

régulièrement, uniquement avec l'accent Pieds-Noirs.

Speaker:

Je vous épargnerais ça aujourd'hui.

Speaker:

Mais voilà, c'est pour vous donner un peu le portrait.

Speaker:

Excellent.

Speaker:

Et quelles sont mes passions ?

Speaker:

Déjà, j'ai une passion pour mes deux petites filles qui ont été trois ans,

Speaker:

dont je m'occupe beaucoup et qui me prennent aussi beaucoup de mon temps.

Speaker:

Mais ça, c'est un avec joie. Et ensuite ?

Speaker:

J'aime particulièrement les arts, la danse.

Speaker:

Je vais beaucoup, beaucoup voir des ballets.

Speaker:

C'est vraiment quelque chose qui me passionne et je lis énormément.

Speaker:

Donc ne comptez pas sur moi.

Speaker:

Par contre, pour parler des dernières séries, je regarde

Speaker:

peu parce que j'ai pas beaucoup le temps pour ça.

Speaker:

Mais par contre, je lis beaucoup de romans, ça me plaît beaucoup.

Speaker:

OK, super.

Speaker:

Ecoute, je vais te poser deux questions du coup,

Speaker:

qui m'intéresse par rapport à ce que tu dis ?

Speaker:

Est ce que tu nous parle d'un ballet que tu as vu récemment ?

Speaker:

Je ne sais pas si les conditions

Speaker:

sanitaires ont permis de voir quelque chose récemment à l'Opéra ou ailleurs.

Speaker:

Mais est ce que tu ne parle que de ce que tu as vu récemment ?

Speaker:

Et peut être tu te parle du dernier livre aussi qui t'a marqué alors ?

Speaker:

Balaie absolument.

Speaker:

J'ai vu il y a quelques semaines Body and

Speaker:

Soul à l'Opéra Garnier par la chorégraphe Crystal Pite.

Speaker:

C'était extraordinaire.

Speaker:

Je suis ravie de voir ce genre

Speaker:

de pièces à l'Opéra de Paris parce que c'est très moderne, très audacieux.

Speaker:

Ça casse complètement les codes.

Speaker:

Donc c'est un ballet qui se fait sur

Speaker:

plusieurs tableaux et qui se finit par une espèce de scène disco.

Speaker:

Tout le monde danse sur la scène avec une

Speaker:

musique incroyable et ça crée une énergie dans le public qui est fantastique.

Speaker:

En même temps, avec toujours ce niveau de danse qui est extraordinaire à l'Opéra de

Speaker:

Paris, je pense assez unique au monde, donc à un niveau d'exigence et en même

Speaker:

temps à ce degré de folie qui est assez nouveau pour moi dans le ballet, tous les

Speaker:

ballets que j'ai vus, donc je crois qu'il est fini malheureusement.

Speaker:

Mais Crystal Pite est assez souvent

Speaker:

représentée à Paris ou ailleurs, donc il faut aller la voir absolument.

Speaker:

Et puis un roman.

Speaker:

Je pense que j'ai lu il y a quelques mois qui me vient en tête.

Speaker:

C'est un classique, je ne l'avais pas lu, c'est "To Kill a Mocklingbird" de Harper

Speaker:

Lee, On y parle, qui se passe dans les années 50 dans le sud des Etats-Unis.

Speaker:

Cette famille avec le papa

Speaker:

noir américain, avocat qui se bat pour la cause de ses congénères, qui m'a beaucoup,

Speaker:

beaucoup touchée, avec vraiment des passages très clairvoyants, très

Speaker:

anticipant sur les situations qu'on a toujours aujourd'hui.

Speaker:

Et puis une belle histoire d'enfance.

Speaker:

Moi, j'adore le monde de l'enfance aussi,

Speaker:

par cette petite fantaisie, cette petite folie.

Speaker:

Donc j'ai beaucoup aimé.

Speaker:

Ce livre m'a beaucoup touché.

Speaker:

Est ce que tu nous parle un peu de ton parcours ?

Speaker:

Qu'est ce que tu as fait jusqu'ici pour, au final, être chiffres

Speaker:

d'actes officiels aujourd'hui chez BackMarket ?

Speaker:

Alors moi, je fais du produit depuis plus de dix ans.

Speaker:

Avant ça, j'ai fait des études de commerce très rapidement.

Speaker:

Il y a quelque chose qui m'a intéressé,

Speaker:

c'est d'aller à l'étranger ou quand j'étais étudiante, j'ai étudié à Londres,

Speaker:

j'ai fait des stages, un stage à l'étranger, à Shanghaï.

Speaker:

Ça m'a toujours resté.

Speaker:

J'ai toujours aimé être un étranger quelque part.

Speaker:

Il faut que ça nous donne un sentiment de.

Speaker:

Liberté de sortir un peu des codes, etc

Speaker:

ça fait référence à mon enfance un peu tranquille.

Speaker:

J'ai eu envie un peu de me mettre en

Speaker:

danger assez rapidement et est donc le produit.

Speaker:

Je l'ai fait dans des contextes super

Speaker:

différents, je l'ai fait dans des pays différents.

Speaker:

Donc, comme je disais, j'ai notamment habité cinq ans à New York, aux

Speaker:

États-Unis, et ça m'a vraiment forgé ma connaissance de ce que c'était le produit,

Speaker:

puisque autant c'était un job, même pas identifié.

Speaker:

Quand j'ai commencé à le faire en France,

Speaker:

qui n'avait pas vraiment ce nom autant là bas, j'ai tout de suite compilé

Speaker:

les organisations centrées autour du produit,

Speaker:

les enjeux de ce métier et comment il se développait à mesure que de plus en plus

Speaker:

de boîtes sortaient avec un produit 100 % digital.

Speaker:

Donc ça a été vraiment pour moi de passer ces cinq ans aux

Speaker:

États-Unis et ensuite j'ai fait ce métier aussi dans des contextes très différents,

Speaker:

dans des types de boites différents, dans des grands groupes.

Speaker:

Je suis passé par exemple un peu chez AOL

Speaker:

ou chez Kering plus récemment et dans des toutes petites structures.

Speaker:

Donc j'ai co-fondé une start up qui

Speaker:

s'appelait We Are TV et et depuis l'expérience BackMarket.

Speaker:

Et avant ça, ManoMano dans des scale-ups.

Speaker:

Donc ça c'est pour les types de boite et ensuite j'ai vu des industries

Speaker:

différentes, que ce soit l'industrie des médias digitaux avec Dailymotion

Speaker:

ou j'ai passé pas mal d'années tech avec AOL et donc plus récemment du commerce.

Speaker:

Donc tout ça ça a été pour moi riche parce que j'ai pu voir des environnements ou des

Speaker:

industries et des façons de travailler le produit très différentes.

Speaker:

Mais le point commun qui m'a toujours vachement intéressé

Speaker:

pour moi, c'est de bosser sur des plateformes, donc vraiment la plateforme.

Speaker:

Qu'est ce qui se produit que tu crées ?

Speaker:

Ou en fait je dois être un peu paresseuse parce que finalement tu crées le produit,

Speaker:

mais c'est d'autres qui vont contribuer dessus.

Speaker:

Donc c'est ça qui me plait beaucoup parce

Speaker:

que ça se calme et moi j'aime pas faire des choses que t'aimes.

Speaker:

J'aime quand les choses ont un impact et

Speaker:

sont massives, donc c'est pour ça que j'ai toujours aimé les plateformes.

Speaker:

Et puis le temps qui m'intéresse

Speaker:

particulièrement, c'est des productions verticales, donc sur lesquelles on est

Speaker:

vraiment capable de développer une histoire de A à Z avec son utilisateur.

Speaker:

Donc ça, j'adorerais le faire.

Speaker:

Par exemple chez Mano Mano autour de la verticale du mouvement.

Speaker:

Donc c'est pas juste racheter ton robinet.

Speaker:

Mais c'est quoi ton besoin ?

Speaker:

Est ce que tu es en train de refaire toute ta salle de bain ?

Speaker:

Comment je vais pouvoir t'aider dans cette démarche de A à Z.

Speaker:

Et c'est évidemment le cas chez BackMarket avec toute cette notion de comment on

Speaker:

revoit les la façon dont les gens consomment.

Speaker:

Qu'est ce que ça veut dire d'acheter un téléphone ?

Speaker:

Qu'est ce que ça veut dire de garder pendant 24 mois et d'en changer après ?

Speaker:

Comment est ce qu'on peut le réparer ?

Speaker:

Comment est ce qu'on peut donner du sens à sa consommation ?

Speaker:

Donc ça, c'est vraiment la verticale tout de même qui me plaît énormément et qui me

Speaker:

plaît, qui me motive pour, pour, pour la mission de BackMarket.

Speaker:

OK, merci pour ces partages,

Speaker:

ce que je sais que je garde aussi dans ce que tu dis.

Speaker:

Et puis ça fait une bonne transition avec le sujet du jour.

Speaker:

On va parler un peu de la, de la singularité.

Speaker:

C'est que finalement, quand tu parles de

Speaker:

ce de, de ce ballet et tu parles de l'œuf de Harper Lee, il y

Speaker:

a aussi la dedans une forme de singularité qui du coup te touche.

Speaker:

Et je pense que c'est assez intéressant

Speaker:

avec le sujet qu'on va aborder aujourd'hui avant de s'y atteler.

Speaker:

Est ce que tu nous parle un peu dans quelques mots de BackMarket ?

Speaker:

C'est quoi BackMarket ?

Speaker:

C'est qui BackMarket ?

Speaker:

Que fais BackMarket ?

Speaker:

Et parlons un peu de cette société qui pour beaucoup d'entre nous n'est pas

Speaker:

inconnue puisqu'une pépite de la French Tech.

Speaker:

Mais ça serait bien de t'entendre parler de la boite.

Speaker:

Bien sûr. Market.

Speaker:

En deux mots, c'est donc la place de marché, la market place dédiée

Speaker:

aux appareils électroniques reconditionnés.

Speaker:

Et c'est une entreprise qui existe depuis un peu plus de sept ans,

Speaker:

cofondée par trois personnes brillantes qui sont toujours aux manettes de

Speaker:

l'entreprise le CEO, le CTO et le Chief Creative Officer.

Speaker:

Et donc voilà, notre mission est de donner

Speaker:

confiance et de donner du désir pour acheter des device reconditionnés

Speaker:

sur la base d'une information assez importante qui est comme acheter un device

Speaker:

neuf à consommer douze fois plus de CO2 qu'acheter un device reconditionné.

Speaker:

Donc on pense vraiment qu'il y a une énorme valeur dans la réparation, dans le

Speaker:

reconditionnement et que ça ne sert à rien d'acheter du neuf.

Speaker:

Et toute notre mission, notre objectif, c'est de susciter cette confiance et cette

Speaker:

envie d'acheter du reconditionné et de le faire à grande échelle.

Speaker:

C'est le principe de la marque est donc on

Speaker:

est présent dans seize pays et on va pas s'arrêter là.

Speaker:

On va ouvrir d'autres pays encore.

Speaker:

On vend toutes catégories d'appareils

Speaker:

électroniques, on prend en particulier des smartphones.

Speaker:

C'est ça qui a fait notre succès au départ.

Speaker:

Mais on va pas s'arrêter là parce que la

Speaker:

mission, elle, est trop belle et trop grande.

Speaker:

Et c'est intéressant si tu parles de

Speaker:

confiance et de désir qui au final sont des aspects très émotionnels

Speaker:

dans le choix ou dans la prise de décision de quelqu'un.

Speaker:

Se dire je vais plutôt acheter du reconditionné que du neuf,

Speaker:

mais comment t'as vu ça se matérialiser un peu chez BackMarket ?

Speaker:

Est ce que t'as pas des petites histoires comme ça ?

Speaker:

Des clients qui vont être amenés à faire ce choix et.

Speaker:

Market devient une évidence.

Speaker:

Ou peut être pas une évidence d'ailleurs.

Speaker:

Oui, c'est une très bonne question, parce

Speaker:

que, en fait, pour moi, ce qu'il y a derrière, c'est cette notion de confiance.

Speaker:

Et la confiance.

Speaker:

Elle se fait à plusieurs niveaux, si on regarde un peu en entonnoir.

Speaker:

Tout d'abord, tu as cette intention

Speaker:

d'acheter un device, tu vas regarder, tu vas beaucoup comparer, tu vas aller

Speaker:

sur Internet, tu vas aller peut être dans une boutique, tu vas te renseigner.

Speaker:

C'est un achat assez cher.

Speaker:

Voilà, on connaît le prix d'un iPhone,

Speaker:

c'est pas un achat anodin et ça parle de cette première niveau de confiance.

Speaker:

Si on revient à des choses assez basiques, est ce qu'on a confiance pour acheter

Speaker:

quelque chose qui vaut 700 800 € en ligne ?

Speaker:

Ça, c'est un premier point. Ça ne concerne pas que BackMarket,

Speaker:

évidemment, mais ça concerne un peu du commerce global.

Speaker:

Je pense qu'il s'est passé énormément de choses.

Speaker:

Il y a eu deux ans de confinement, donc

Speaker:

de confiance, d'achat en ligne à un certain niveau.

Speaker:

Et maintenant il y a le degré d'en dessous

Speaker:

degré de confiance d'acheter du reconditionné.

Speaker:

Et c'est là ou bien sûr, c'est le

Speaker:

pierre angulaire pour BackMarket de créer cette confiance.

Speaker:

Parce que ça change tout dans notre approche du client et dans la façon dont

Speaker:

on arrive à le convaincre d'acheter chez nous versus ailleurs.

Speaker:

Et là, on fait pour moi la bataille.

Speaker:

Elle se fait en premier lieu contre le neuf, c'est à dire nous.

Speaker:

Notre objectif, c'est de prendre des parts de marché aux neuf et donc de faire

Speaker:

confiance, de faire confiance aux gens sur ça pour leur dire ça va bien se passer ou

Speaker:

vous achetez un device qui n'est pas nouveau mais qui a été revu, reconditionné

Speaker:

par des professionnels, donc ce n'est pas non plus de la seconde main et donc c'est

Speaker:

tout l'intervalle qui n'est pas évident à capturer.

Speaker:

Parce que si on a deux minutes de

Speaker:

l'attention de quelqu'un pour lui faire comprendre tout ça

Speaker:

quand il navigue notre site, mais c'est l'essentiel de la relation,

Speaker:

parce que si on arrive à créer ça, on lève toutes les barrières pour dire j'ai

Speaker:

confiance dans le produit, j'ai compris ce que j'allais recevoir, j'ai confiance

Speaker:

dans la marque, je sais que je serais bien traité et j'ai tous les avantages en face,

Speaker:

c'est à dire un prix qui est bien moins élevé,

Speaker:

un impact environnemental qui me fera me sentir bien meilleur.

Speaker:

Et vraiment, on a des data très fortes à l'appui pour pour justifier ça.

Speaker:

Et donc finalement, je n'ai aucune raison d'acheter du neuf.

Speaker:

Eh bien ça, ça nous amène un peu au sujet d'aujourd'hui.

Speaker:

Moi, ce que j'ai trouvé intéressant. Et puis on en parlait

Speaker:

quand on s'était on, c'était initialement pour discuter de cet épisode.

Speaker:

Je te disais que t'es dans un café avec des amis et on parlait de BackMarket.

Speaker:

Je ne sais pas comment on est arrivé dans la conversation et un des

Speaker:

amis disait à mes amis T'as vu ou tu te souviens ?

Speaker:

Chez BackMarket ?

Speaker:

Sur le site Internet, ce que j'ai toujours adoré, c'est l'identité.

Speaker:

Il y avait, il y avait des blagues sur le site et y en fait.

Speaker:

Il y a un côté fun avec un BackMarket et un niveau de créativité qui a peut être

Speaker:

été un peu hors du commun par rapport à l'activité de la boite.

Speaker:

Tu as essayé ?

Speaker:

Et là dedans il y a une forme de

Speaker:

singularité et je pense que c'est de ça dont tu voulais parler aujourd'hui.

Speaker:

Oui, tout à fait fait moi, c'est un sujet

Speaker:

qui m'intéresse énormément parce que je pense que oui, il est absolument lié à la

Speaker:

culture de la boite, l'ADN de la boite et comment elle se retranscrit sur le produit

Speaker:

et comment on peut avoir une cohérence entre ces deux choses là que sont, comme

Speaker:

on vit intérieurement, expérience, BackMarket quand on est un

Speaker:

collaborateur de BackMarket, et comment ça se retranscrit sur le produit ?

Speaker:

Et donc évidemment, à l'intersection de tout ça, il y a la mission de la boite,

Speaker:

mais il y a différentes manières de pouvoir l'exprimer et de vouloir le faire.

Speaker:

Et en fait, je trouve que ce qui est intéressant, c'est d'essayer de

Speaker:

conscientiser ça, de dire on veut le faire de cette manière là.

Speaker:

On veut avoir ce ton, on veut avoir cette

Speaker:

posture parce que si cette posture, elle peut être radicalement différente.

Speaker:

Une entreprise, même si vous faites le même métier, même si vous faites le même

Speaker:

produit, et donc c'est ça qui m'a toujours interpellé chez BackMarket.

Speaker:

Et en quoi c'est important de penser la singularité de son produit ?

Speaker:

C'est une très bonne question et je vais te répondre de façon un peu concrète.

Speaker:

Pourquoi c'est important pour moi ?

Speaker:

Parce que qu'en fait, quand tu es une entreprise comme la nôtre, une entreprise

Speaker:

digitale, quand tu as un produit digital, ça dépend du produit.

Speaker:

Mais en général,

Speaker:

les utilisateurs ont quelques secondes, quelques minutes à accorder.

Speaker:

Je te reconnais l'exemple de Tu va choisir ton iPhone comment tu fais ?

Speaker:

Tu as probablement utiliser Google, faire

Speaker:

une recherche, trouver des résultats, cliquer sur des liens, regarder, comparer.

Speaker:

Mais tu as vraiment l'attention des gens pendant deux minutes maximum.

Speaker:

Ta première mission et bien sûr, ça sera.

Speaker:

Ça résonnera parmi tous les gens qui font du produit.

Speaker:

C'est déjà que ça se passe bien, c'est à dire une page qui se charge vite, un site

Speaker:

qui tourne bien, une UX qui est fluide sans friction.

Speaker:

Donc tu n'es pas perturbé par des bugs, par un bouton qui répond pas, etc

Speaker:

là dessus déjà c'est un énorme challenge en soi, parce que pour réussir à faire que

Speaker:

tout se passe bien, que ce soit fluide, c'est loin d'être évident.

Speaker:

En plus, je dirais que les standards ont vachement augmenté là dessus.

Speaker:

Donc, de plus en plus, les gens sont très très impitoyables.

Speaker:

Je dirais sur ce qu'ils attendent sur le chargement d'une page, on passe tout de

Speaker:

suite à autre chose si jamais ça ne répond pas dans la seconde.

Speaker:

Il y a en plus un niveau de qualité qui ne

Speaker:

cesse d'augmenter, mais c'est vraiment cette première étape.

Speaker:

Ça doit être sans friction.

Speaker:

Donc si je reprends un peu mes exemples de

Speaker:

dieux du Ballet de l'Opéra national de Paris.

Speaker:

Si à certains moments, dans une performance artistique, dans un ballet,

Speaker:

dans un film, il se passe une petite friction ou tue sans l'effort.

Speaker:

En fait, pour moi, je le résume souvent comme ça si tu sens l'effort

Speaker:

pas, tu t'es trop près de la scène et tu sors une respiration hyper lourde des

Speaker:

danseurs ou tu es dans un film et l'acteur joue mal.

Speaker:

Mais en fait, ça sort complètement de l'intention de départ.

Speaker:

Ça ressort du moment, ça te sort du film

Speaker:

et tu te mets en fait tiquer et avoir un truc qui te fait casser la magie.

Speaker:

Donc, c'est juste pour dire que c'est à ce

Speaker:

moment là déjà, il n'est pas évident à faire.

Speaker:

Mais pour moi, en fait, il est pas suffisant.

Speaker:

Si je reprends mon exemple, tu bosses sur un site, ça va vite.

Speaker:

OK, t'as ton parcours, il n'y a pas de frictions, c'est bien.

Speaker:

Mais n'empêche, tu vas quand même zapper et tu vas passer à autre chose.

Speaker:

Donc tu vas aller sur un autre site pour comparer.

Speaker:

Tu as recevoir une notification WhatsApp que tu allais voir.

Speaker:

Qu'est ce qui te reste en mémoire du produit sur lequel tu étais ?

Speaker:

Qu'est ce qui a créé une émotion ?

Speaker:

Qu'est ce qui fait te dire ?

Speaker:

Ah ben moi, ça a été quand même pas mal, je vais y retourner.

Speaker:

Et en fait, ce qui crée cette émotion pour

Speaker:

moi, c'est justement de réussir à trouver une singularité que tu as communiquée

Speaker:

pendant les quelques secondes ou t'as eu l'attention de ton utilisateur.

Speaker:

Et je pense que c'est vraiment essentiel

Speaker:

parce que justement, c'est ça qui fait que tu vas revenir et que tu vas

Speaker:

potentiellement poursuivre l'aventure avec le produit.

Speaker:

C'est quoi quelques exemples de comment cette singularité ?

Speaker:

Elle se manifeste.

Speaker:

Déjà sur les plus grandes possibles, c'est à dire les activations possibles.

Speaker:

Ça peut se faire de manière différente.

Speaker:

Ça peut évidemment venir du Tonneau Voice.

Speaker:

Tu parlais des blagues ?

Speaker:

La copie joue un rôle extraordinaire là dedans ?

Speaker:

Pas uniquement.

Speaker:

Ça peut être aussi dans le luxe, dans le design, dans

Speaker:

le parcours, etc Ça peut se jouer à plein de niveaux différents.

Speaker:

C'est ça que je trouve aussi intéressant.

Speaker:

Quelques exemples qui pour moi sont un peu

Speaker:

frappants et qui en tout cas moi m'ont beaucoup plu.

Speaker:

Je suis une grande fan du produit Spotify, j'utilise évidemment au quotidien

Speaker:

et il y a quelques temps, ils ont lancé la playlist Spotify.

Speaker:

C'est évidemment le produit phare pour

Speaker:

personnaliser son expérience, mais mettre ses chansons de côté, etc.

Speaker:

Il y a quelques temps, ils ont lancé un

Speaker:

truc tout bête qui est de mettre une photo de ta playlist et pouvoir cloner ta photo.

Speaker:

Donc moi, j'ai plein de playlist pour mes

Speaker:

enfants et j'ai pu mettre la playlist Juliette et la petite photo de ma fille.

Speaker:

Et en fait, je sais pas, j'adore parce que je suis dans mon interface petit fail.

Speaker:

Je connais par cœur mes podcasts préférés dont le tirage est bien entendu répétitif.

Speaker:

Mais qui dit podcast préféré ?

Speaker:

T'as pas, t'as pas trop le choix, tes idées ?

Speaker:

Mais bon, mon point de dire j'ai les vignettes un peu officielles, tu vois et

Speaker:

au milieu, j'ai la petite photo de ma fille.

Speaker:

Mais qu'est ce que ça me fait plaisir de voir ça ?

Speaker:

Évidemment, je ne vais pas l'écouter, moi.

Speaker:

Perso, j'adore.

Speaker:

J'adore la patrouille des éléphants, mais

Speaker:

ce n'est pas le truc que je veux écouter en perso tout le temps.

Speaker:

Mais avoir sa petite photo au milieu de

Speaker:

tout les autres choses que j'écoute qui sont pour moi, ça me fait cette petite

Speaker:

émotion et je me dis Ah mais franchement, qu'est ce que j'aime cette plateforme ?

Speaker:

C'est un tout petit détail, tu vois.

Speaker:

Mais, et c'est vrai que c'est rien d'original, mais c'est super.

Speaker:

J'entends, j'entends ce que tu dis aussi sur le fait presque de s'identifier dans

Speaker:

l'expérience, c'est à dire de se dire au delà de la personnalisation

Speaker:

qui est quelque chose que je pense, qui est bien assimilé, bien compris.

Speaker:

Aujourd'hui, dans la construction des produits high tech, il y a ce côté.

Speaker:

Bah si c'est mon expérience, elle est mienne et je me retrouve dedans.

Speaker:

Et comme tu dis, tu retrouves la photo de

Speaker:

ta fille sur son petit fille et il y a ce lien qui s'est créé.

Speaker:

Et ce lien, c'est quelque chose qui est ce qui est fort en fait.

Speaker:

Et ce qui m'intéresse aussi là dedans,

Speaker:

c'est peut être de comprendre un peu comment tu fais et c'est quoi.

Speaker:

C'est quoi au final, cette recette pour

Speaker:

réussir à donner l'identité à son produit ?

Speaker:

Et comment vous y prenez un petit peu chez BackMarket ?

Speaker:

Alors je dirais que la première étape consiste à déjà s'en rendre compte.

Speaker:

Donc à penser que c'est important, c'est déjà faire la moitié du chemin.

Speaker:

Encore une fois parce que ce n'est pas évident.

Speaker:

Et si je peux résumer ça d'une façon un

Speaker:

peu concise, pour moi, un bon produit, ça répond aux besoins des utilisateurs.

Speaker:

C'est déjà énorme d'arriver à le faire.

Speaker:

Mais un produit génial, il répond au

Speaker:

problème et en plus, il crée ce lien émotionnel avec ses utilisateurs.

Speaker:

Mais il faut déjà réussir à le verbaliser, à se dire que c'est important et à l'avoir

Speaker:

en tête au moment ou on conçoit, on développe ses produits.

Speaker:

Pour moi, c'est une première étape.

Speaker:

Ensuite, un autre point important, c'est

Speaker:

que cette démarche, elle doit être authentique.

Speaker:

C'est à dire qu'il doit y avoir un gap entre

Speaker:

l'esprit, la culture de la boîte et ce qu'on veut véhiculer dans son produit.

Speaker:

Ça doit être cohérent, fait.

Speaker:

Il doit y avoir une forme de sincérité dans les deux.

Speaker:

Autrement, ça ne marche pas.

Speaker:

Honnêtement, il y a beaucoup de boîtes qui

Speaker:

manquent, une communication plaquée et comme une marque un peu plaquée.

Speaker:

Mais quand tu es à l'intérieur de la

Speaker:

boîte, tu sens que ce n'est pas du tout dans l'ADN.

Speaker:

Moi, je pense que si ça ne marche pas, ça se communique pas

Speaker:

cette espèce de sincérité, cette authenticité.

Speaker:

En même temps, ça ne se décrète pas.

Speaker:

Ça veut dire que pour que vraiment on puisse exprimer ce genre d'émotions et

Speaker:

de culture dans son produit, il faut aussi que ce soit quelque chose de vraiment

Speaker:

présent et authentiquement important dans la boîte.

Speaker:

Donc, je dirais que ça, c'est une seconde

Speaker:

étape et elle n'est pas anodine et pas triviale, mais elle est essentielle.

Speaker:

Et après ? Pour être un peu plus pragmatique au

Speaker:

niveau de l'équipe produit et de comment on fait le développement des produits.

Speaker:

Pour moi, il y a plusieurs niveaux.

Speaker:

Il y a déjà au niveau de l'organisation.

Speaker:

Il faut penser que c'est quoi le futur team etc là ou il y a le

Speaker:

cœur du réacteur de la délivrer, il doit y avoir une forte.

Speaker:

Un fort lien entre les équipes marque les

Speaker:

équipes design bien entendu, mais ça se fait, c'est Defacto et les pièces en fait.

Speaker:

Il faut aussi que ce lien, que tous ces gens se parlent, qu'ils échangent.

Speaker:

Trop souvent, j'ai pu voir des

Speaker:

organisations ou il y a vraiment un fossé entre eux.

Speaker:

On va faire ça, ça va être de la com et puis le produit.

Speaker:

Donc il faut forcément qu'il y ait des

Speaker:

liens qui soient faits, donc ça peut être d'en haut.

Speaker:

Dans le cadre de nos moments collaboratifs dans le process de développement de

Speaker:

produits, on a des relecteurs de brief, de spec.

Speaker:

On a des moments ou on a réfléchi ensemble.

Speaker:

Donc nous, c'est vraiment quelque chose

Speaker:

qu'on organise dans le le parcours, c'est à dire

Speaker:

qu'on fera appel à nous, à nos compteurs, parce à la marque.

Speaker:

Ils viendront donner leur point de vue très très tôt dans le process, à la fin ou

Speaker:

pas pour designer une bannière sur le site.

Speaker:

Mais ça vient vraiment du cœur, de l'expérience.

Speaker:

Est ce que ça veut dire que dans le process, il y a dans le process du

Speaker:

développement, de la conception du produit ?

Speaker:

Il y a un jalon ou commence.

Speaker:

En fait, ce qui m'intéresse là dedans, c'est concrètement, ça se passe comment ?

Speaker:

Il y a un forum ou les gens du marketing,

Speaker:

de la marque etc arrivent à avoir une discussion.

Speaker:

On participe à des activités, des workshop.

Speaker:

Je ne sais pas la forme que ça prend avec les produits.

Speaker:

Comment ça se passe concrètement ?

Speaker:

De deux manières de celle que tu décris. C'est à dire ?

Speaker:

Effectivement, on a mis en place un

Speaker:

discours Brit PlayBook, le Disco PlayBook, avec des étapes très claires.

Speaker:

Il y en a trois en vrai, donc ce n'est pas non plus trop lourd à faire

Speaker:

et des livrables très clairs en face de chacune de ces étapes.

Speaker:

Et en fait, il y a en particulier une étape qui est d'écrire

Speaker:

le problème utilisateur que l'on veut régler avec l'écriture qu'on

Speaker:

s'apprête à développer ou la discovery qu'on s'apprête à attaquer.

Speaker:

Et on demande en particulier que ce

Speaker:

problème utilisateur il est un twist BackMarket.

Speaker:

Donc, c'est à dire qu'on force la personne qui réfléchit à ça, à pas juste être dans

Speaker:

le cadre classique de pour un utilisateur qui essaye de faire ça.

Speaker:

Voilà son problème, voilà comment il doit le contourner.

Speaker:

Aujourd'hui on rajoute volontairement une

Speaker:

dernière petite phrase qui est et c'est à la sauce BackMarket parce que

Speaker:

donc une force en fait la personne qui est vraiment dans cet exercice à prendre en

Speaker:

compte la singularité de BackMarket à ce moment là.

Speaker:

Ensuite à formaliser dans sa pensée quoi c'est ça ?

Speaker:

Et après comment il le fait ? Avec qui ?

Speaker:

Là, il y a de la liberté, c'est bien sûr soi, il y pense de lui même.

Speaker:

Il y a quelque chose de prenant

Speaker:

et ça passera dans le jargon d'après, parce qu'on aura vu que

Speaker:

a bien réfléchi à ça, c'est ok et ça va apporter des choses à la marque.

Speaker:

Soit il a besoin de soutien, il organise

Speaker:

un workshop ou c'est tout à fait accepté et même encouragé d'avoir des

Speaker:

workshops pluridisciplinaires, bien entendu avec

Speaker:

les gens de la marque, du marketing etc ça se fait de deux manières, mais en tout

Speaker:

cas, et ça c'est très libre sur la manière dont a sa sphère.

Speaker:

Mais on assure qu'à un moment il y a eu cette réflexion qui a été faite.

Speaker:

Est ce que tu as des exemples ?

Speaker:

Peut être de choses qui sont déjà sorties, qui qu'on retrouve déjà dans l'application

Speaker:

de choses qui ont traversé ce process et qui finalement ont eu le bénéfice.

Speaker:

L'impact de ce procédé.

Speaker:

Je vais te donner un exemple qui est d'ailleurs quelque

Speaker:

chose de sur lequel on se pose des questions en permanence.

Speaker:

Donc c'est aussi intéressant, c'est à dire que pour moi, derrière, il y a toujours

Speaker:

une tension à avoir entre être très efficace et avoir cette.

Speaker:

De créativité et de singularité qui fera la différence.

Speaker:

Mais pas non plus.

Speaker:

On est quand même dans la vie du commerce à des étapes hyper claires.

Speaker:

On a l'œil rivé sur le taux de conversion, le taux de mise au panier.

Speaker:

Il y a des choses qui sont quand même se prêtent à la, à l'efficacité absolue.

Speaker:

Donc c'est une tension permanente pour

Speaker:

avoir ou est ce qu'on a, est ce qu'on met le bon curseur ?

Speaker:

Et en particulier cette tension ?

Speaker:

Elle se place autour des bas, des drivers, du commerce, des choses

Speaker:

un peu classiques que tu vas trouver ailleurs.

Speaker:

Que sont la mise en avant de la promotion,

Speaker:

les flash size, le countdown pour une offre promotionnelle qui s'arrête.

Speaker:

Tu as les labels, bons points, etc.

Speaker:

Au dernier Black Friday,

Speaker:

on s'est vraiment posé la question pour savoir si ça avait du sens pour Black

Speaker:

Market d'avoir fait cette expérience là, en particulier sur le site.

Speaker:

Et on l'a enlevé pour Black Friday parce qu'on s'est dit non.

Speaker:

Justement, faisons le test au moment le

Speaker:

plus fou de l'événement commercial de l'année.

Speaker:

Soyons fous ou justement, soyons fous, enlevons le et voyons ce que ça donne et

Speaker:

voyons si, si, nos chiffres sont toujours pertinents.

Speaker:

Et on a eu plein de ça justement, laissant à penser que

Speaker:

ce c'est peut être pas la peine d'aller dans ces cas de fond de jouer cette carte.

Speaker:

La Black Friday, c'est déjà un rendez vous.

Speaker:

Les gens savent ce que c'est, n'en rajoutons pas une couche.

Speaker:

Donc voilà, là, on est en train de revoir

Speaker:

complètement la suite de tous ces enseignements.

Speaker:

Comment on va gérer ça dans le parcours,

Speaker:

comment on va gérer les deals, les bons plans et de quelle manière en valeur,

Speaker:

on va le faire de façon plus subtile, parce qu'on pense que ce n'est pas

Speaker:

forcément dans l'ADN justement, de notre marque de vêtements.

Speaker:

Moi, c'est une question que je me pose

Speaker:

aussi là dedans, c'est que tu parlais de l'i commerce et BackMarket.

Speaker:

C'est quand même une flèche vers une version de commerce

Speaker:

un peu particulière puisque c'était une marketplace.

Speaker:

Donc il y a des enjeux de de chaque côté, on va dire de la place de marché.

Speaker:

Comment ?

Speaker:

Comment tu arrives à créer cette singularité non seulement dans

Speaker:

ton produit, mais de faire en sorte que cette singularité

Speaker:

fonctionne aussi des deux côtés de la market ?

Speaker:

C'est une super question parce que

Speaker:

effectivement, en tant que place de marché, on est un intermédiaire.

Speaker:

En fait, on est une plateforme sur lequel d'autres vont venir contribuer.

Speaker:

Donc on a une place assez particulière.

Speaker:

Et finalement, notre rôle, il ne consiste

Speaker:

qu'à faire transiter la data, transiter en trafic et mettre en avant en

Speaker:

face une offre et qu'une transaction se fasse.

Speaker:

Mais on n'a pas du tout la même prise sur les choses et sur l'expérience que cité

Speaker:

par exemple un fabricant de produits ou ton identité.

Speaker:

En fait, elle existe dans le produit physique en lui même.

Speaker:

Par exemple, si je prends un décathlon en tête, c'est avant tout.

Speaker:

C'est un concepteur de produits.

Speaker:

Ils ont tous le terrain d'expression de leur marque.

Speaker:

Il est avant tout dans les produits qu'ils fabriquent.

Speaker:

Il est bien sûr dans la plateforme sur

Speaker:

lesquels ces produits se vendent, mais ils ont un terrain de jeu vachement

Speaker:

plus large pour mettre en place leur singularité.

Speaker:

Nous, c'est assez ténu encore une fois, parce que c'est lié à notre rôle.

Speaker:

En même temps, je ne vais pas faire un discours

Speaker:

misérabiliste parce que c'est en même temps génial.

Speaker:

C'est ça qui nous permet de nous donner un Sky.

Speaker:

Donc c'est ce rôle de market place. Là c'est Edge.

Speaker:

Mais il est génial justement pour l'amplitude que tu peux prendre dans

Speaker:

la vie des gens car on peut toucher énormément de monde dans tous nos pays

Speaker:

grâce à cette flexibilité d'être une marketplace.

Speaker:

Mais néanmoins, pour cette partie vraiment expression de

Speaker:

notre singularité, c'est un challenge pour moi, c'est quand même

Speaker:

bien, c'est dans les contraintes que tu es le plus créatif.

Speaker:

Donc c'est aussi là que ça nous donne à nous toutes nos idées.

Speaker:

Et comment on peut gérer ça au sein de la marketplace ?

Speaker:

Je vais te donner un exemple qui date un

Speaker:

peu mais qui pour moi est assez révélateur chez BackMarket pendant le confinement,

Speaker:

donc encore une fois, on gère des transactions.

Speaker:

Là, c'est un peu le cœur de notre état de confinement.

Speaker:

On avait mis en place le paiement en papier toilette.

Speaker:

Je ne sais pas si j'aime ça. C'était vraiment la petite blague.

Speaker:

Mais voilà, on savait qu'on ne prenait pas

Speaker:

beaucoup de risque sur cette conversion et c'était

Speaker:

en même temps notre singularité de proposer ça hyper vite sûr depuis.

Speaker:

Mais voilà, ça, c'est un exemple.

Speaker:

Après d'autres exemples qui me viennent en tête, pour moi, ça a été.

Speaker:

Par exemple, si je reprends Spotify, ils ont eux mêmes.

Speaker:

C'est une plateforme.

Speaker:

Clairement, c'est l'accès à de la musique, mais ils ne possèdent pas du tout les

Speaker:

labels et ils sont vraiment uniquement l'intermédiaire entre en ligne.

Speaker:

Pas une pour moi dans leur histoire.

Speaker:

C'est quand ils ont mis en place les meilleurs, une review et une.

Speaker:

Rétrospective qui te montre tout ce que t'as écouté,

Speaker:

l'année qui s'est écoulée et qu'est ce que tu as le plus écouté ?

Speaker:

X-Factor exactement.

Speaker:

Et je trouve que pour moi, c'était un turning point parce qu'ils ont réussi à

Speaker:

faire de la toute la data qui transite sur une plateforme.

Speaker:

Ils ont réussi à en faire un service, un produit.

Speaker:

Et raconter l'histoire aussi.

Speaker:

Et raconter une histoire. Exactement.

Speaker:

Et en fait ça te crée un lien avec Spotify hyper différent.

Speaker:

C'est pas juste le point d'accès pour aller écouter ma musique.

Speaker:

C'est quelque chose qui me fait réfléchir,

Speaker:

qui me fait me repencher sur ce que j'ai aimé, qui me donne de l'émotion.

Speaker:

Et ça, ce n'est pas l'artistique.

Speaker:

Qui a fait ça.

Speaker:

Et ça, je trouve que c'est le temps d'une pointe.

Speaker:

C'est le genre de relation.

Speaker:

En tout cas, moi, je veux vraiment créer entre les utilisateurs.

Speaker:

Est ce que je trouve aussi intéressant dans ce que tu dis ?

Speaker:

C'est que je parle justement là de raconter une histoire.

Speaker:

C'est qu'au final, je reviens sur ce qu'on disait au début, sur l'émotion.

Speaker:

Tu parlais de la confiance et du désir,

Speaker:

mais au final, t'es aussi là pour raconter l'histoire de l'impact.

Speaker:

Il y a un aspect Michonne Rivers dans tout ça qui est.

Speaker:

On fait aussi tout ça pour la planète, quoi ?

Speaker:

Oui, tout à fait. Et ça, on en a pas beaucoup parlé là.

Speaker:

Mais est ce que tu nous dit

Speaker:

quelques mots là dessus puisque toi, Titi, arrivée chez BackMarket il n'y a pas hyper

Speaker:

longtemps, qu'est ce qui t'a aussi attiré dans le choix d'aller chez moi ?

Speaker:

C'est clairement la mission qui est

Speaker:

quelque chose qui change radicalement mon quotidien.

Speaker:

Quand tu parlais au tout début

Speaker:

dans l'intro, quand on parlait du sens des choses que l'on fait là, c'est une

Speaker:

question que je me pose beaucoup, beaucoup moins.

Speaker:

Bien sûr,

Speaker:

on n'est pas en Ukraine, en train, en train d'aider les gens, mais néanmoins

Speaker:

le sens que j'ai au quotidien de mon travail.

Speaker:

Il a radicalement changé depuis que je

Speaker:

suis chez Marquette aujourd'hui, et c'est ça qui était pour moi un énorme driver.

Speaker:

En plus, bien sûr des gens de l'esprit, de

Speaker:

la boite, de la culture qui sont fantastiques.

Speaker:

Mais pour reprendre ton point

Speaker:

aujourd'hui, cette data et le sens qu'on veut communiquer autour de l'achat du

Speaker:

reconditionné, il est sous exploité chez BackMarket.

Speaker:

La très bonne nouvelle, c'est que

Speaker:

on a maintenant une data mais béton pour appuyer notre effort écologique.

Speaker:

C'est ce que je te disais au début quand

Speaker:

un achat de neuf et douze fois plus de CO2 qu'un achat reconditionnés.

Speaker:

On a mis en place toute une série d'analyses

Speaker:

Bacquet par l'Ademe qui est l'institut qui non-gouvernementale, qui gère ça

Speaker:

et qui va nous permettre maintenant de raconter cette histoire beaucoup plus.

Speaker:

Donc ton hier une review of music, en fait, on va pouvoir le faire sur ton year

Speaker:

of impact, à savoir acheter chez BackMarket.

Speaker:

Au niveau individuel.

Speaker:

Tu vas avoir ton carbone offset.

Speaker:

Exactement, ça va être directement et ça est ce que je trouve génial ?

Speaker:

C'est que tu peux créer une histoire de ça

Speaker:

au niveau individuel et c'est déjà super au niveau de nos marchands.

Speaker:

Parce que tu parles aussi la plateforme,

Speaker:

on a les deux côtés et donc donné cette data.

Speaker:

On est les mieux placés pour réussir

Speaker:

à la collecter, lui donner du sens et à la communiquer.

Speaker:

Et au niveau communautaire aussi.

Speaker:

Du coup, c'est toi individuel qui a acheté et toi marchand individuel.

Speaker:

Mais c'est nous tous communautés qui avons fait cet effort.

Speaker:

Et voilà le poids qu'on a collectivement sur ça.

Speaker:

Très clair, on a parlé de

Speaker:

en quoi c'est important de penser la singularité dans son produit.

Speaker:

On a parlé de comment on, comment on donne l'identité à son produit.

Speaker:

On a parlé de comment on fait ça sur une plateforme ou une market place.

Speaker:

Et la question qui me vient après ?

Speaker:

Tu parlais des seize pays dans lesquels,

Speaker:

bac en tête, et aujourd'hui tu parlais du fait que vous n'aviez pas vous arrêté là.

Speaker:

Comment tu fais ça aussi ?

Speaker:

Dans seize variations différentes au

Speaker:

final, puisque la singularité, elle, est aussi liée à ta localisation.

Speaker:

La culture de là ou tu te trouves comment ça fonctionne ?

Speaker:

Alors c'est évident que c'est un challenge parce que

Speaker:

ta culture et comment tu te exprimes, c'est très très différent d'un pays à

Speaker:

l'autre et en particulier aussi l'industrie dans laquelle tu es.

Speaker:

Donc, si je m'exprime un peu plus

Speaker:

factuellement l'attachement à l'écologie et à

Speaker:

l'empreinte carbone, il est différent d'un Américain et d'un Français.

Speaker:

Quelles seront ?

Speaker:

Et en même temps, nous, on est là au départ bien sûr, pour faire du business.

Speaker:

Donc quels seront les meilleurs

Speaker:

drivers pour pour cacher l'audience et les faire rentrer dans notre mission ?

Speaker:

Ils doivent être différents d'un pays à l'autre, ils doivent s'adapter.

Speaker:

Si je prends un peu de recul, ça commence même un peu plus loin.

Speaker:

Quand on veut s'étendre à l'étranger,

Speaker:

on a créé quelque chose créant un nom de marque créé.

Speaker:

Voilà un ADN qui est très très lié à son pays de départ.

Speaker:

Forcément.

Speaker:

Et là, on peut aussi se retrouver face à des problématiques.

Speaker:

Bah non, ne marche pas à l'étranger comme par exemple et j'ai cet exemple alors pas

Speaker:

de BackMarket mais parlant, avant j'étais chez Dailymotion.

Speaker:

Dailymotion a été et est toujours en Inde le modèle de en

Speaker:

Inde, ça a une connotation très particulière parce que c'est des choses

Speaker:

que l'on fait le matin avant de sortir de chez soi.

Speaker:

Est ce que ça y va forcément dans l'univers de l'entertainment ?

Speaker:

De la vidéo, je ne sais pas.

Speaker:

Bref, il faut savoir vivre avec ça, l'accepter ou se dire non.

Speaker:

Dès le départ, tu pars avec une autre posture.

Speaker:

Mais en tous les cas, c'est évident que

Speaker:

d'un point de vue produit, il ne faut pas être naïf là dessus.

Speaker:

Encore une fois, ça part pas déjà en avoir conscience et se demander

Speaker:

en toute bonne foi qu'est ce que je dois adapter pour que ça marche ailleurs ?

Speaker:

Et donc, quel est le bon

Speaker:

accroches que je dois trouver pour réussir aux Etats-Unis ?

Speaker:

Pour nous c'est clairement typiquement en France

Speaker:

là, avec en plus toutes les données dont je te parler vachement plus.

Speaker:

Mettre l'accent sur l'impact que tu as à

Speaker:

acheter du reconditionné, c'est mieux pour tout le monde et que ce sera valable.

Speaker:

Peu de compromis pour toi d'un point de

Speaker:

vue expérience aux Etats-Unis, on va mettre vachement plus l'accent sur le côté

Speaker:

convenience, sur le côté prix bien sûr, parce que c'est notre levier et c'est la

Speaker:

manière la plus smart d'approcher ce marché.

Speaker:

Il faut trouver le bon ton. Et après ?

Speaker:

En terme, concrètement, comment ça s'exprime sur le produit ?

Speaker:

C'est aussi un challenge parce que t'as pas très envie de customiser un ton

Speaker:

expérience, surtout quand on es une place de marché.

Speaker:

Mais ça passe quand même par avoir par exemple des copier writer locaux qui

Speaker:

comprennent bien la culture multiculturelle.

Speaker:

Exactement.

Speaker:

Donc ils sont là dès la conception des designs qui est qui

Speaker:

viennent donner cette patte locale très très tôt dans le process.

Speaker:

Eh bien Amandine, merci beaucoup pour ce partage d'expériences sur

Speaker:

ce sujet fascinant, passionnant de comment on créé la singularité de son produit.

Speaker:

Avant de clore notre épisode, je vais te

Speaker:

poser les deux questions que je pose à tous les invités de Doc Squad.

Speaker:

La première, c'est quelles sont tes ressources préférées

Speaker:

en tant que PM, ce qui t'a vraiment aidé à avancer dans ce métier ?

Speaker:

Et puis la deuxième question

Speaker:

un conseil aujourd'hui pour quelqu'un qui souhaiterait devenir PM, qu'est ce que tu

Speaker:

conseillerais à quelqu'un dans cette démarche ?

Speaker:

De commencer peut être par la question des ressources.

Speaker:

Oui.

Speaker:

Alors sur cette question là, en fait, moi je.

Speaker:

Personnellement, je ne lis pas beaucoup de bouquins de management et donc je suis

Speaker:

peut être pas la meilleure source d'infos pour ceux qui

Speaker:

recherchent des titres là dessus en matière de produits.

Speaker:

J'ai lu uniquement les bouquins de notre

Speaker:

Dieu à tous mes articles ayant, mais c'est à peu près tout.

Speaker:

Et même si je dois confesser quelque chose

Speaker:

que je n'ai pas terminé, le deuxième bouquin de Marty, c'est mal.

Speaker:

Je suis désolé pour toi.

Speaker:

Attaque je.

Speaker:

Je lui dirai pas bien utile.

Speaker:

Ne dira pas stp.

Speaker:

En revanche, j'ai lu plus des articles.

Speaker:

Ça c'est certainement une question de gestion de mon temps aussi.

Speaker:

Mais j'ai trouvé des ressources super intéressantes dans des articles,

Speaker:

dans des articles médium, de blog, etc et en particulier si je peux en citer un.

Speaker:

J'ai toujours un peu comme bible

Speaker:

les Northstar Games qui est sur le blog d'Amplitude.

Speaker:

Maintenant que c'est vraiment bien fait, très pratique et vraiment remarquable.

Speaker:

Donc ça je m'en suis servi à beaucoup et je m'en sers toujours.

Speaker:

Que ce soit pour animer des workshop

Speaker:

autour de Northstar pour avoir la check list de c'est quoi une bonne chose que

Speaker:

j'ai rarement vu quelque chose de mieux fait que ça.

Speaker:

Et après ?

Speaker:

Plus largement, peut être au delà de produits.

Speaker:

Mais sur le management, il y a un bouquin que j'ai beaucoup aimé,

Speaker:

c'est No Rules Role de Netflix du fondateur de Netflix.

Speaker:

Destiny, c'est.

Speaker:

Exactement de l'élastique, ce que je

Speaker:

trouvais vraiment intéressant sur la culture de la boîte.

Speaker:

Justement, comment mettre en place

Speaker:

une culture du feedback, de la transparence, etc ?

Speaker:

Cela m'a beaucoup plu.

Speaker:

Donc si je peux en citer un recommandé pour lire, c'est celui là et après ?

Speaker:

Par contre, pour moi, les ressources, elles, sont plus larges.

Speaker:

C'est à dire que c'est hyper important de cultiver,

Speaker:

cultiver sa curiosité, de faire, de pouvoir faire des parallèles.

Speaker:

C'est ça qui me nourrit, en tout cas pour rester innovant, alerte.

Speaker:

Et puis penser à comment s'inspirer, tout simplement.

Speaker:

Et j'adore me plonger dans des sujets divers et variés.

Speaker:

Par exemple, j'ai eu il y a quelque temps

Speaker:

une passion pour Walt Disney, pour ce qu'il a créé pour son empire.

Speaker:

Il est évidemment parti de la passion de

Speaker:

mes filles pour les musiques de Disney et les films.

Speaker:

Mais j'ai eu envie un peu de creuser les ficelles derrière Crazy Horse.

Speaker:

Et comment ça fibre ?

Speaker:

Transcender les générations.

Speaker:

Bien sûr, mais c'est admirable.

Speaker:

Et puis aujourd'hui, il se produit tel que Disney qui est fantastique.

Speaker:

Et comment est ce que Disney a le produit et les contenus Disney vivre dedans ?

Speaker:

Et comment justement aussi ils arrivent à

Speaker:

s'en abstraire quand même de sortir comme dans la série sur Pamela Anderson.

Speaker:

Donc je n'ai pas regardé, mais mais. Visiblement.

Speaker:

Oui, mais qui est quand même intéressant.

Speaker:

Parce que t'as ça qui est qui est qui est dans le produit au milieu de chanteurs ?

Speaker:

C'est, mais ça m'intéresse vachement.

Speaker:

J'ai lu la biographie de Walt Disney et ça m'a beaucoup plu.

Speaker:

Et puis aussi, plus récemment, je me suis

Speaker:

plongée grâce à Disney sur toutes les archives des enregistrements des Beatles,

Speaker:

ce docu qui s'appelle Get Back et que je recommande aussi beaucoup

Speaker:

et c'est pour moi une plongée dans la créativité d'un groupe.

Speaker:

Je trouve ça fantastique.

Speaker:

Voilà, ils étaient quatre, ils avaient un

Speaker:

embryon de chansons tous les matins quand ils arrivaient au studio et le soir, ils

Speaker:

avaient un X mondial qu'on était pour écoute toujours.

Speaker:

Ça me fascine.

Speaker:

Donc j'adore me plonger là dessus.

Speaker:

C'est plus pour m'inspirer et pour ensuite

Speaker:

faire des parallèles avec mon petit quotidien.

Speaker:

Parce que j'ai évidemment pas la

Speaker:

prétention de faire une chanson des Beatles tous les jours.

Speaker:

Pas bien, c'est bien dommage en tout cas.

Speaker:

Maintenant si tu as tout à fait raison.

Speaker:

Et là dedans, ce qui me parle ici dans

Speaker:

cette histoire des Beatles, c'est l'intelligence, la capacité de pouvoir

Speaker:

se retrouver et produire quelque chose qui va avoir un impact fort.

Speaker:

En fait, c'est vraiment quelque chose de puissant.

Speaker:

Merci beaucoup pour ton partage sur cette partie.

Speaker:

Ressources. Et si tu avais un conseil à donner à

Speaker:

quelqu'un qui souhaiterait devenir PM aujourd'hui, ça serait quoi ?

Speaker:

Est ce que je trouve intéressant avec notre métier de PM ?

Speaker:

C'est qu'il reste encore assez nouveau.

Speaker:

Donc, même s'il est de plus en plus structuré, c'est chouette, ça va dans le

Speaker:

bon sens, mais il n'y a pas encore de voie toute tracée pour y arriver.

Speaker:

Et je trouve que c'est une chance parce

Speaker:

qu'on n'est pas encore là à regarder des parcours tout faits et à mettre des gens.

Speaker:

Dans des boîtes.

Speaker:

Ça laisse une formation, une forme de flexibilité à beaucoup de gens, quoi ?

Speaker:

Tout à fait.

Speaker:

Ensuite, pour moi, la particularité de ce

Speaker:

métier, c'est qu'il est et pas un métier de maker.

Speaker:

Mais c'est un métier de facilitateur

Speaker:

et en même temps, il faut avoir aussi une vraie conviction.

Speaker:

Mais du coup, il faut être aussi très

Speaker:

équilibré sur plein d'aspects du tech ou d'un produit dans une entreprise.

Speaker:

Donc il faut être à l'aise avec la partie tech.

Speaker:

Il faut être à l'aise avec le design.

Speaker:

Il faut comprendre les enjeux business évidemment, et vouloir les empaqueter.

Speaker:

Il faut avoir beaucoup de skills, donc c'est un métier que je trouve très

Speaker:

versatile et très et sur lequel il faut être équilibré sur plein de tableaux.

Speaker:

Donc le conseil pour moi, pour démarrer la

Speaker:

danse, c'est aussi de comprendre d'une part.

Speaker:

Forcément une force quelque part.

Speaker:

Et comprendre quelles seront les gaps à combler pour atteindre ce côté assez

Speaker:

équilibré et à l'aise sur tous les tableaux.

Speaker:

Il faut avoir bien conscience de ça.

Speaker:

Dunbar Et quel est le truc à combler pour réussir à tenir la route sur le métier ?

Speaker:

Et peut être un dernier.

Speaker:

Enfin, deux derniers conseils.

Speaker:

Premièrement, en fonction de l'année, si

Speaker:

on se reconvertit et qu'on veut devenir PM ou même si on démarre PM.

Speaker:

Il y a quelques codes qu'il faut savoir. Il faut connaître le langage.

Speaker:

Quand je parlais de leurs stars, oui, ça

Speaker:

peut paraître buzzword, mais il faut avoir ce vernis car il faut

Speaker:

comprendre, il faut se mettre dans le moule.

Speaker:

Il y a plein de formations pour ça qui existent et que je recommanderais.

Speaker:

Mais je pense que c'est un truc important.

Speaker:

Il ne faut pas être naïf là dessus, il faut avoir les codes.

Speaker:

Et puis le deuxième point encore une fois,

Speaker:

comme il n'y a pas forcément de parcours tout tracé, ça donne une classe super

Speaker:

forte, intéressante pour moi pour avoir ça stories.

Speaker:

Pourquoi est ce qu'on veut faire ce métier là ?

Speaker:

Qu'est ce qui nous amène à ça ?

Speaker:

Et pas juste raconter chronologiquement ce qu'on a fait.

Speaker:

Mais c'est le tourner d'une manière, à ce qu'on comprenne pourquoi.

Speaker:

Est ce que c'est ces métiers là qu'on a envie de faire et qu'on convainc que oui,

Speaker:

j'ai ma place dans ce métier, même si je ne l'ai pas forcément fait avant.

Speaker:

Même si j'ai des doutes là dedans.

Speaker:

Donc ça, je trouve que c'est une chance que nous laisse ce métier.

Speaker:

En tout cas, c'est une forme de présentation de soi que j'adorerais voir

Speaker:

plus en entretien et que je vois malheureusement pas assez.

Speaker:

Et je vois plutôt un truc un peu chronologique ennuyeux, mais je trouve que

Speaker:

c'est une chance qu'on a dans notre métier, donc il faut la saisir.

Speaker:

Super merci beaucoup en tout cas d'avoir passé ce moment avec nous.

Speaker:

Merci beaucoup de ta disponibilité, de ton partage.

Speaker:

Est ce que si

Speaker:

les auditeurs, les auditrices aimeraient échanger avec toi, est ce qu'ils ou elles

Speaker:

peuvent se faire envoyer un message en ligne ?

Speaker:

Dis nous qui était le meilleur moyen pour pour toi contacter ?

Speaker:

Oui, c'est un message subliminal très clairement et ce sera un grand plaisir

Speaker:

pour continuer à échanger sur ces sujets là ou pour me poser des questions.

Speaker:

Avec grand plaisir, je répondrai avec autant de rapidité que possible.

Speaker:

Ça marche. Merci beaucoup Amandine.

Speaker:

Et puis peut être à bientôt sur Prozac. Merci à toi Axelle.

Speaker:

C'était très sympa.

Speaker:

Si tu es encore là, c'est que l'épisode t'a peut être plus.

Speaker:

Merci d'avoir écouté cet épisode.

Speaker:

Tu peux dès à présent retrouver les notes

Speaker:

de l'épisode ainsi que les apprentissages de mes invités, mon analyse et les

Speaker:

contenus supplémentaires sur trois W Product Squad Point fr.

Speaker:

Si tu as deux minutes, n'hésite pas à me laisser un avis ou un commentaire sur

Speaker:

Apple Podcast ou ta plateforme d'écoute préférée.

Speaker:

Cela m'aidera énormément à avancer.

Links